Avr 1 2010

[TEST PS3] Bayonetta

Récent (heureux) propriétaire d’une PS3, YaKa m’a proposé de faire mes premiers pas de testeur sur la console de Sony accompagné du dernier atout charme de Sega : Bayonetta.

Peu habitué aux beat’em all du genre, mais friand des univers angelico/demoniaque, je me suis donc  lancé dans cette aventure avec un certain enthousiasme, des étoiles pleins les yeux (oui bon quand même pas, mais j’étais content).

Ma sorcière bien gaulée

L’histoire de Bayonetta se résume assez facilement : belle sorcière amnésique, sortie d’un profond sommeil il y a peu, vous vous plaisez à massacrer les hordes d’anges (bien loin de l’image du brave chérubin joufflue) envoyés à vos trousses tout en tentant de recouvrir la mémoire. Un scénario qui ne brille pas par sa complexité mais servant parfaitement de cadre à une action effrénée, du gothique glamour et un humour noir/2nd degrés des plus japonisant. Une ambiance assez unique en son genre, qui ne plaira donc pas à tous le monde mais qui saura séduire pas mal de joueurs mangaphiles…

Pixel et magie noir

L’univers général, sombre (parfois glauque) et sensuel à la fois, est très particulier.  Une esthétique gothique réussie tant dans les décors que dans les character design (les ennemis, notamment les boss, valent particulièrement le détour).

La qualité graphique, même si elle est très bonne, n’est cependant pas la plus fine que l’on puisse attendre de la part d’un jeu PS3 et on regrettera que les cinématiques n’aient pas été un peu plus travaillé. La fluidité connaît également quelques faiblesses dans les phases de jeu trop mouvementées. Des bémols qui ne gâcheront en rien le plaisir de découvrir, tout au long de l’aventure, l’univers de Bayonetta.

Un peu de brutalité dans ce monde de douceur

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la belle ne fait pas dans la dentelle. Des combats d’une rare violence mêlés à des poses sexy constitueront l’essentiel de votre progression dans le jeu. Une intensité un peu déstabilisante au début mais qui laissera vite place à un massacre jouissif une fois les commandes maitrisées.

Face aux bataillons d’anges qui se dresseront contre vous, vous disposerez d’un arsenal et d’une palette de combos impressionnante. Du simple coup de talon, aux chorégraphies sophistiquées en passant par des esquives ralentissant le temps et des pluies de balles meurtrières, tous les coups vous seront permis pour prendre le dessus sur chaque combat. Des affrontements dantesques que vous conclurez, le plus souvent face à des boss, par une attaque meurtrière de vos… cheveux possédés ou par des mise à morts en bonne et due forme. Une grande diversité martiale qui, accompagnée de capacités et d’équipements évolutifs, permettent au jeu de ne pas s’essouffler tout au long de son déroulement.

Conclusion

Gothique, sexy, drôle et intensément rythmé, Bayonetta est un excellent défouloir qui ne tombe cependant pas dans la répétition. L’évolution du personnage et les indénombrables combos à maitriser permettent d’éviter toute lassitude dans lequel ce genre de jeu tombe parfois.

Un très bon hit et une belle (première) expérience sur PS3 :)


5 commentaires sur “[TEST PS3] Bayonetta”

  1. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par etyrlin, Blogamer.fr. Blogamer.fr a dit: Sur le blog : [TEST PS3] Bayonetta http://bit.ly/92ci9n […]

  2. blue dit :

    “drôle et intensément rythmé” je trouve que cette phrase résume le jeu à la perfection, une perle dans la ludothèque PS3 ^^

  3. tieutieu dit :

    J’ai vu mieux comme poisson d’avril :)

  4. nony_ju dit :

    Merci pour ce test, il faut que je trouve du temps pour m’acheter ce jeu!!

Laisser un commentaire