juin 18 2012

La Wii U – Preview et avis sur la nouvelle console de Nintendo

Monsieur_Croquette :: Actualité, Test
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Tumblr

L’arrivée d’une nouvelle console sur le marché est toujours un petit évènement en soi. Après un E3 assez décevant en terme d’annonces un peu chocs, il nous (enfin surtout à moi) a été donné la possibilité de tester la nouvelle console de Nintendo. Comme il y a eu beaucoup de bruit autour de cette console (en bien, mais aussi en mal), pouvoir faire un test 6 mois avant sa sortie, cela pourra peut-être vous aider à vous faire une idée et ainsi vous livrer nos premières impressions.

Note si vous sortez de votre grotte…

Bon, je commence par une nouvelle dont tout le monde se doute, je n’ai pas pu tester toute les caractéristiques de la WiiU (comme la navigation Internet, le Miiverse ou le Nintendo Shop). Il nous restait donc un bon petit panel de jeu à nous mettre sous la dent.

Si certain n’ont pas suivi les conférences de l’E3 2011 (attention Reggie, ca glisse…) et 2012 voici un petit rappel technique :

La WiiU est équipée d’un processeur multicoeurs IBM PowerR le tout soutenu par une carte graphique AMD Radéon et c’est donc après ces deux principaux concurrents que la nouvelle console de Nintendo peut afficher une résolution allant de 480i a 1080p (via un câble HDMI). D’après le constructeur, presque tout les logiciels et les accessoires de la Wii seront rétro-compatible.

Bien évidement, quand on te dit « tu vas tester la WiiU » le seul truc qui te vient en tête c’est que tu va pouvoir poser tes mimines sur le GamePad (dire Mablette c’est soooooo 2011 !) et voir un peu de quoi il retourne.

 

Fait tourner le GamePad

Après quelque minutes d’attente (et une petite partie Kingdom Hearts 3D, le tout relié à une charmante hôtesse), je peux enfin tester le GamePad dans des conditions de jeux quasi réelle (les démo étaient bridées avec un compteur de temps histoire qu’un petit malin ne squatte pas une console trop longtemps). C’est donc par Project P-100 (nom provisoire) que je commence.

Je contrôle un apprenti super-héro qui doit repousser une invasion d’aliens sur notre bonne planète.

Le système de jeu se basse en fait sur la coopération du personnage principal avec une horde de coéquipiers pour aller tabasser du monstre. Pour se faire, en utilisant le stick gauche on dessine une arme (poing, épée ou pistolet) et en appuyant sur « A » vos amis forment l’arme ainsi choisie pour une durée limitée car cela vide votre jauge d’énergie (que l’on peut recharger en utilisant l’attaque de groupe).

La qualité du titre à l’écran surpasse bien sur largement ce qu’il est possible de faire avec une Wii sans pour autant surclasser ce qui peut se faire sur Xbox 360 ou PS3 (mais je doit avouer que la direction artistique du jeu de Platinium Games me fait beaucoup penser à un mélange de Smash Bros et King of Monster…et c’est plutôt réussi).

Après quelques combats relativement bordeliques, un premier petit puzzle, je dois rentrer dans un hangar pour débloquer la porte de sortie. Dès que je rentre, l’image sur la télé zoom sur une série de chiffre et jeu continue sur la Mablette (pardon..le GamePad) en vue à la 3eme personne. Je doit reproduire un code à 3 chiffre et tripatouillant des engrenages pour que le chiffres affiché sur la TV correspondent au code qui est affiché sur l’un des mur…pour enfin ressortir et me retrouver face à un boss (genre très gros Mecha pas content).

 

Le deuxième jeu que j’ai pu tester c’est Pikmin 3.

Cette fois ci le jeu se contrôlait avec la Wiimote et le Nunchuck. D’un pur point de vue du gameplay, la seule grosse différence est la présence des Pikmins « Roche » qui peuvent casser les carapaces des ennemis. C’est bien là la seule différence avec les deux précédents opus. Même si ça faisait un bon moment que je n’avais pas retouché à un Pikmin, les automatismes sont assez vite revenus. Ici, le GamePad servait à déplacer la caméra sur la map du niveau, ce qui avait pour effet de faire bouger la caméra à l’écran sur les zones que l’on ne pouvait pas voir. J’ai trouvé cette idée assez déroutante car lâcher la Wiimote pour aller bidouiller sur le GamePad n’est pas la chose la plus pratique (mais peut-être était-ce lié au mode de jeu choisi pour la démo) et il est facile de deviner que ce type de gameplay sera essentiellement réservé au jeu a deux voire plus, ce qui semble être une idée assez récurrente pour le reste des titres que j’ai pu tester.

D’un pur point de vue technique, ce Pikmin 3 est acceptable, mais j’ai quand même pu noter quelques soucis de clipping et de framerate ce qui donne au final un épisode loin d’être ébouriffant alors que Nintendo nous vends ce jeu depuis 6 ans.

 

J’ai ensuite pu essayer un titre third-party : ZombiesU (édité par Ubisoft).

Il y avait deux modes de jeu possible. Le premier est la partie solo. On retrouve un FPS « horrifique » au final assez classique. On incarne un illustre inconnu qui, dans cette mission, doit aller à l’infirmerie pour sauver un comparse. Même si présenté comme ça, cela ne parait pas très original il y a pas mal de bonnes idées pour ce jeu car en pour ce qui est de la survie  on est servi car vous n’avez qu’une seule vie et si vous vous faites mordre votre personnage va se transformer en zombie à son tour. Vous prendrez alors le contrôle d’un nouveau perso quasi-anonyme, qui devra d’abord aller re-tuer (définitivement cette fois) votre ancien perso pour aller récupérer son sac et finir la mission.

L’utilisation du GamePad est, pour ce titre, très bien exploitée car on interagi beaucoup avec cette nouvelle manette pour scanner des environ, chercher dans des armoires, éclairer une zone en particulier, en ayant toujours la possibilité de se faire attaquer à tout moment si on ne fait pas attention. Cela donne une bonne idée du potentiel futur de ce périphérique.

Le multi que j’ai pu tester mode est de type « Capture the Flag » ou un des joueurs contrôle un survivant avec une manette (qui n’est pas sans rappeler celle de la Xbox) et l’autre joueur incarne le « Zombie Master ». Grâce au GamePad, le Zombie Master a une vue d’ensemble de la carte et a un nombre de zombie sous ces ordre et peut envoyer différents types de zombie attaquer le joueur ou prendre un drapeau (un système de jeu qui rappelle un peu les systèmes type tower defense).

Mais même si je suis assez fan de ce genre de jeu, je dois avouer que cette fois ci, la technique a un peu accusé le coup avec des freeze de la console et de vrai soucis de frame-rate que l‘on mettra volontiers sur le fait que la console ne doit sortir que d’ici la fin de l’année et qu’il reste sans doute du boulot au niveau du développement du hard et du soft.

Si ZombieU assume sont coté mature censé attirer les gamers, je ne suis pas sur que quelques hectolitres d’hémoglobine suffiront à attirer cette cible, malgré l’originalité dont fait preuve ce soft.

Mais je ne suis pas de ces gamers qui jugent que le casual c’est le maaaaaaaaal.

J’ai donc pu également tester Nintendo Land, qui est un petit concentré des utilisations du GamePad (comme Wii Sports l’avait été pour la Wiimote). On y retrouve des mini jeux orientés scoring basé sur quelques succès de Nintendo remis au gout du jour:

Donkey Kong Crash course

 Luigi Ghost Mansion

Animal Crossing Sweet day

The Legend of Zelda Battle Quest

Takamaru Ninja Castle

Chaque mini-jeu à son utilisation du GamePad, et ils sont pour la plus part tournés vers le multi. Comme je l’ai fait remarqué plus haut, il est très probable que Nintendo veuille donner une grosse dimension multijoueur à la plus part de ses jeux sur WiiU, car il est des utilisations du GamePad et des Wiimote qui sont inimaginables si l’on joue tout seul (ou si l’on a que 2 bras !). Nintendo Land est quand même très fun il faut bien l’avouer, mais je pense qu’il souffrira du même syndrome que Wii Sports a savoir « la lassitude » et on ne peut pas encore affirmer à l’heure qu’il est qu’il sera « donné » avec la console.

Dans les salles suivantes, j’ai pu observer un inévitable Wiifit, la simulation de Star Ac, j’ai nommé Sing  (le mois de juin étant déjà assez pourri comme ca, je n’ai même pas osé chanter…), le très moyen Ninja Gaiden 3 (qui la pour le coup devait encore être en développement car les textures étaient franchement dégueulasses).

J’ai également pu tester Batman Arkham City Armored Edition, qui n’est au final qu’un portage 360/PS3 (le premier d’une longue série ?) avec quelques fonctionnalité marrante liées au GamePad (comme le contrôle des Batarang), mais qui ne justifie pas pour autant de repasser à la caisse si on a déjà testé le jeu sur un autre support. Par contre pour ceux qui n’y on pas joué, le soft reste plaisant a regarder (même si il y à quelque freezes dans la version testée) et il sera livré dans sa version GOTY avec tous ses contenus additionnels…C’est déjà ça de pris.

 

Verre à moitié vide ou à moitié plein ?

Au final, il est assez dur de se faire un avis définitif sur cette console car il était assez évident qu’il ne s’agit pas d’une version définitive (et c’est le cas également pour quelques jeux qui étaient présentés ici).

Pour ce que j’ai pu voir, cette console va tout de même rester fidèle à la ligne casual qu’avait tracé la Wii depuis 2006 (même si la firme de Kyoto semble vouloir cibler, maladroitement, des gamers plus chevronnés). Le système incompréhensible des codes amis devraient être remplacé par des profils individuels, ce qui est une très bonne chose.

Mais la console accuse quand même quelques handicaps avec une communication très mal calibrée depuis 2011 et le caractère bien moins instinctif du GamePad vis-à-vis de la Wiimote.

En effet si j’ai été relativement emballé par le poids relativement léger du GamePad (quelques 500g) la bonne qualité de son écran LCD (6,2 pouces tout de même) et sa très bonne réactivité (comparé au temps de latence de la WiiMote a ses début, c’est le jour et la nuit) on perd beaucoup en terme de sensation de jeu. Ceci peux s’expliquer par le fait que la Wiimote était petite et légère alors que la on a un gros pavé dans la main.

D’un point de vue ergonomie, il y a quelque chose qui m’a un peu gêné, c’est l’emplacement des sticks par rapport aux boutons. Sur tout les pads actuels, la zone des 4 boutons se situe au dessus du stick droit…et là c’est en dessous !! Je ne pense pas que cela posera des problèmes aux joueurs occasionnels, mais quand on a été habitué depuis des années à monter le pouce plutôt qu’a le descendre, j’ai trouvé cela un peu pénible.

Pour conclure, même si le produit à des caractéristiques très originales qui ne demandent qu’a être développées par les éditeurs, je suis quand même plus réservé sur un succès équivalent à celui de sa petite sœur la Wii. Le contexte économique mondial n’est sans doute pas propice aux coups de poker des éditeurs tiers (à part Ubisoft…) qui voudront sans doute solidifier leur trésorerie en développant sur des machines ou la création des jeux est maitrisée et ayant un parc d’utilisateurs déjà bien installé (il y a déjà des projets reportés voire annulés sur WiiU, comme Metro Last Light par exemple…). Deplus, le fait de sortir une console « next-gen » qui offre au final les performances de la « current-gen » est quelque chose d’assez troublant.

Nintendo ayant expressément dit qu’ils ne participeraient pas au TGS (tout comme Microsoft d’ailleurs), nous devrons attendre puis décortiquer les informations que Nintendo voudra bien dévoiler d’ici au lancement de la console (comme son tarif ou le prix d’un 2ème GamePad).


Un commentaire sur “La Wii U – Preview et avis sur la nouvelle console de Nintendo”

Laisser un commentaire